Beaumarchais - Cher Jack Ralite

Crédit photo Pierre Leblanc

Crédit photo Pierre Leblanc

Cher Jack Ralite,

Vous étiez membre de notre Conseil d’Administration depuis de nombreuses années.

C’était un honneur pour nous. Une évidence aussi. L’infatigable défenseur de l’exception culturelle, l’ami des artistes, l’amoureux de tous les arts, ne pouvait qu’être chez lui, chez nous.

En 1987, avec 147 artistes, vous lanciez au T.E.P de Guy Rétoré les états généraux de la culture qui donnèrent naissance à la Déclaration des droits de la culture, traduite en 14 langues.

Avez-vous pensé alors que 30 ans plus tard et après tant de combats menés, ses idées résonneraient toujours aussi fort :

« Aujourd’hui en sachant que rien n’est inéluctable le temps nous paraît venu de faire entendre haut et fort les exigences les plus inaliénables du monde artistique : elles s’appellent audace de la création, élan du pluralisme, obligation de production, maîtrise de la distribution, atout d’un large public, besoin de coopération internationale. C’est tout cela qui peut et doit donner corps à une responsabilité publique et nationale en matière de culture, cette idée neuve en Europe. »

Vous avez eu en permanence le souci de convaincre, celui d’éclairer aussi.

Omniprésent sur le front des questions culturelles, vous maniiez l’art de ferrailler et étiez apprécié et respecté par vos ennemis politiques.

Vous vous êtes fait plus rare ces derniers temps à nos réunions. La maladie vous a éloigné physiquement. Avec élégance, vous vous en êtes excusé.  Il y a peu, lors d’un entretien téléphonique,  vous nous avez rappelé à quel point vous étiez sensible et attaché aux missions de Beaumarchais.

Aujourd’hui, nous commémorons les sinistres attentats de 2015.  Nous nous souvenons de ceux qui ont été frappés par ces actes terroristes le 13 novembre 2015. Nous pensons aussi à celui perpétré sur l’équipe de Charlie Hebdo en janvier 2015. Nous revient en mémoire l’hommage que vous aviez rendu à Charb lors de ses obsèques. Vous aviez conclu votre intervention par ces mots :

« Tes doigts talentueux nous ont donné des dessins lucioles. Je ne suis pas seulement triste de t’avoir perdu. Je suis surtout heureux de t’avoir connu »

Cher Jack Ralite, vous êtes parti le 12 novembre 2017.

Nous ne sommes pas seulement tristes de vous avoir perdu, nous sommes surtout fiers de vous avoir connu.

 

L’équpe de Beaumarchais

Le 13 novembre 2017